ÉPICURE, SECRET DE BONHEUR

Voici un voyage à l’époque des philosophes antiques et du plus célèbre d’entre eux pour nous avoir livré, bien avant les dernières tendances du développement personnel, le secret du bonheur. C’est ce que promet Épicure, fondateur en -306, de l’épicurisme, l’une des plus importantes écoles philosophiques de l’Antiquité, dans la Lettre à Ménécée.
Pour Épicure, la philosophie est la médecine de l’âme, et on peut la pratiquer à tout âge. Le secret du bonheur réside dans le célèbre quadruple remède (ou tetrapharmakos, terme utilisé par les épicuriens postérieurs) pour se soigner des maux de la condition humaine :

    • Les dieux ne sont pas à craindre
    • La mort n’est pas à craindre
    • On peut atteindre le bonheur
    • On peut supprimer la douleur

N’ayons peur ni des dieux, ni de la mort, ni de la douleur ou de la mauvaise fortune. Recherchons l’humilité et la simplicité, loin des honneurs et du luxe.
Il est bon de rechercher le plaisir, parce qu’il est conforme à la nature. Mais pour ce faire, nous devons nous attacher aux faits, ignorer la rumeur et nous libérer des idées fausses que produisent en nous les préjugés, les opinions courantes ou les croyances superstitieuses.
Il faut donc recourir à la raison et à l’exercice pour suivre la nature. Telle est précisément la tâche de la philosophie selon Épicure : elle définit la discipline rationnelle nécessaire au bonheur. Nous sommes bien loin de la définition moderne et galvaudée du terme « épicurien », utilisé à tort pour qualifier une personne qui ne songe qu’au plaisir et représenterait presque une façon de justifier une vie de bonne chère et d’excès ! Pour Épicure, le plaisir ne réside pas dans l’excès…
La Lettre à Ménécée — texte fondateur de l’épicurisme écrit par Épicure à son élève — deviendra une des philosophies majeures de la Grèce antique.
Résumant la doctrine éthique d’Épicure elle propose une méthode pour atteindre le bonheur, en même temps qu’elle en précise les conditions. Avec la Lettre à Hérodote et la Lettre à Pythoclès, la Lettre à Ménécée fait partie des rares textes d’Épicure parvenus jusqu’à nous et donc une des seules sources concernant la pensée du philosophe.
Perpétuée dans l’empire romain, sa pensée s’opposera au stoïcisme pour être la philosophie de vie principale enseignée dans les écoles philosophiques et exercera une influence décisive dans l’Antiquité comme dans la pensée moderne et contemporaine. Le romain Lucrèce, la traduira en langage poétique dans son œuvre De rerum natura.
Elle influencera également tous ceux qui revendiquent une éthique réconciliant le plaisir et la raison.
Lire Epicure aujourd’hui, c’est se souvenir que le développement personnel tire ses sources plus lointaines de la philosophie. Les publications relatives aux philosophies antiques telles le stoïcisme ou l’épicurisme connaissent d’ailleurs aujourd’hui un franc succès, et les conseils et préceptes des Epictète, Epicure, Sénèque et autre Marc-Aurèle figurent en bonne place dans la boîte à outils pédagogique des tenants du développement personnel.
Le bonheur est la finalité de l’existence humaine. Personne ne le niera… Mais il est plus difficile de tirer au clair les moyens d’y parvenir. Il faut lire ce texte inoubliable qu’est la Lettre à Ménécée pour découvrir que la pensée et l’amitié sont les seuls vrais havres du sage.
Pour être heureux, renouons avec Épicure !