Dans les sociétés démocratiques contemporaines, les individus revendiquent le droit d’aimer librement. Ils sont attachés à la réussite de leur vie sentimentale et à l’épanouissement de leur sexualité. Mais le corps épris nous permet-il d’accéder à l’existence heureuse que nous désirons ? Dans ce livre, Jean-Marie Frey met au jour les ressorts de l’inquiétude suscitée par l’amour charnel. Il montre comment la pudibonderie et le libertinage expriment, chacun à leur manière, une tentative pour se rassurer. Les prudes désireux de voiler les femmes et les libertins exhibant un corps morcelé dans l’imagerie pornographique, n’éprouvent-ils pas les uns et les autres une crainte devant la chair désirable ? L’auteur oppose les figures du pudibond et du libertin à celle d’un amant disposé à jouer le jeu d’une passion amoureuse à la fois inquiétante et joyeuse.