Henry David Thoreau est né en 1817 dans une famille pauvre de la ville de Concord, dans le Massachussets. Il obtient de la paroisse une bourse qui lui permet de faire des études à l’université de Harvard à la suite desquelles il devient maître d’école à Concord. Puis il est licencié pour refuser d’appliquer les châtiments corporels.
Ayant un vif intérêt pour la littérature, il fréquente le milieu des poètes, et plus particulièrement, Ralph Emerson . Grâce à cette amitié, Thoreau tente à l’âge de 28 ans une expérience de vie en solitaire près des rives du lac Walden pendant deux années, sur des terres appartenant à Emerson :

 » Je m’en allais dans les bois parce que je voulais vivre sans hâte, faire face seulement aux faits essentiels de la vie, découvrir ce qu’elle avait à m’enseigner, afin de ne pas m’apercevoir, à l’heure de ma mort, que je n’avais pas vécu« .
.Il y a dans cette aventure un profond désir de vivre en harmonie avec la nature , de fuir la civilisation corruptrice de l’homme, selon les théories du mouvement transcendantaliste.
Même s’il a bénéficié d’une bourse de la paroisse, Thoreau critique toute forme de pouvoir, politique ou religieux. Loin de la société, il préconise une vie simple, qui évite le superflu.
Alors qu’ aux Etats-Unis, l’industrialisation se développe de plus en plus, ayant de ce fait pour conséquence de créer de plus en plus de besoins, il s’insurge contre le confort, cette quête sans fin qui ne rend pas pour autant l’homme meilleur :

« Dans le temps qu’elle a passé à perfectionner nos maisons, la civilisation n’a pas perfectionné de même les hommes appelés à les habiter. Elle a créé des palais, mais il était plus malaisé de créer des gentilshommes et des rois. »