» La pensée de la cessation de notre de notre existence […] doit raisonnablement aussi peu nous attrister que la pensée que nous n’aurions jamais existé. […] Il faut envisager la vie comme une sévère leçon qui nous est infligée.  » Confronté au néant de la vie qui mène inéluctablement à la mort, Arthur Schopenhauer, dont la philosophie est en grande partie un effort pour sortir de l’idéalisme, s’interroge sur ce primat de la Volonté, ce régime d’instincts, de pulsions et de désirs aveugles, qui nous pousse, malgré tout, à vouloir vivre